Nos ambassadeurs

Afin de multiplier notre impact et de diffuser au plus grand nombre les outils pour encourager la collaboration multi-acteurs, nous pouvons compter sur des ambassadeurs motivés qui sont l’essence du CoLAB.

Impliqués à titre personnel dans l’aventure, ils ont été formés à l’animation d’ateliers multi-acteurs  et sont les vrais moteurs de la collaboration multi-acteurs dans leur écosystème et au sein du CoLAB.

Découvrez qui ils sont :

Présente toi en une phrase

Bobo Jean-Brice GNAHORE, accélérateur de l’innovation sociale à l’ONG AIDLES, passionné par l’Entrepreneuriat Social.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai intégré le CoLAB pour apprendre de nouvelles approches et contribuer à relever le défi de la sécurite alimentaire en Côte d’Ivoire.

Ces outils innovants viennent faciliter mes interventions avec ma communauté d’entrepreneurs sociaux.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

La transformation des produits alimentaires reste un grand defi pour notre pays.

Présente toi en une phrase

Mon nom c’est Adama Ndong, j’ai 33 ans et je suis le promoteur de l’entreprise agro alimentaire « Africa Téranga Food ».

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai découvert le Colab courant 2018 par le biais des réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn) et dés la première occasion de participer aux rencontres j’ai saisie l’opportunité : c’était une formation sur le « Design Thinking ». Cet outil très pratique et efficace pour la compréhension des problèmes et la recherche de solution par une élaboration illustrative m’a beaucoup apporté dans ma vie professionnelle et l’élaboration de mes projets. C’est ainsi que je me suis porté volontaire à devenir ambassadeur du CoLAB pour à mon tour servir ma communauté et plus particulièrement en tant qu’acteur de l’agriculture pour contribuer à l’Écosystème mapping des problématiques de la « sécurité alimentaire » en Afrique.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Aujourd’hui le défi prioritaire que nous avons en matière de sécurité alimentaire est plutôt dans la souveraineté. Nous pouvons noter trois piliers pour parvenir à cette souveraineté notamment :

  • une gestion équitable, juste et optimale du foncier et des espaces arables;
  • la modernisation et la mécanisation de l’agriculture et l’élevage;
  • la régulation régulière des importations et des exportations des produits alimentaire.

Présente toi en une phrase

Je me nomme Traore Honorine , je suis titulaire d’un master 2 en géographie spécialité Aménagement et Gouvernance dans les pays du sud.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

Étant soucieuse du développement durable sur le plan local, je constante que le colab me donne l’occasion d’avoir des outils qui permettent de développer des projets multi acteurs dans le domaine de la sécurité alimentaire et aussi dans d’autres domaines pour atteindre les objectifs du développement local. Cela m’a poussé à devenir ambassadrice Colab.

J’ai découvert le projet à L’IRD Burkina, étant animatrice d’un Tiers Lieux d’innovation actuellement a IRD.

Dans ma vie professionnelle les méthodes du Colab me donne l’opportunité d’aider les acteurs à faire emerger des projets multi acteurs innovants et à fort impact social. Et aussi d’aider les decideurs territeriaux à prendre des decisions allant dans le sens du développement local pour les populations, cela avec des outils qui font intervenir les différents acteurs autour d’une problématique commune.

ur la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Aujourd’hui le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire du Burkina est de créer des projets multi acteurs qui tiennent compte de tous les acteurs du système agricole c’est à dire du producteur jusqu’au consommateur final.

Présente toi en une phrase

Docteur Tatiana Wade, chercheuse à l’IRD au Laboratoire Commun de Microbiologie au Sénégal dans le domaine de la Fixation Biologique de l’Azote et la fertilité des sols.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai découvert le CoLAB via mon institution.

J’ai été intéressée par devenir Ambassadrice du CoLab parce que je partage la philosophie du programme CoLAB de construction collective multi-acteurs de réponses aux défis de la société et notamment dans la sécurité alimentaire.   J’espère pouvoir contribuer au développement du CoLab et à sa communauté en partageant mon expérience de chercheur et mobilisant les outils CoLAB dans mon propre écosystème professionnel.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Au Sénégal, par référence au document de SNSAR (2015-2035), parmi les défis majeurs ont peut citer :

Améliorer, préserver et restaurer la base productive agricole ; Améliorer la compétitivité des produits agricoles et promouvoir le consommer local ;

Rendre accessible les équipements de transformation et de conservation des produits alimentaires ;

Faciliter l’accès des marchés aux petits producteurs et productrices en améliorant les circuits de commercialisation ;

Améliorer le mécanisme de financement agricole

Intégrer la gestion de la sécurité alimentaire dans les  processus de décentralisation et de réforme foncière en renforçant l’implication des collectivités locales dans la gouvernance de la sécurité alimentaire ; renforcer le système d’information et de suivi ;

Prévenir et gérer les risques et catastrophes liés au changement climatique.

Présente toi en une phrase

Répondant au nom de KPERGBENE Datamite, je suis en dernière année de Master en Economie et Gestion des Entreprises d’Economie Sociale et solidaire (MEGEES) à l’Université Ouaga 2

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

Je fais partie de ceux qui croient que l’union fait la force et que c’est dans un esprit de collaboration et de solidarité qu’on peut vraiment résoudre les problèmes auxquels est confrontée notre société. Voilà ce qui m’a poussé à adhérer le programme ambassadeur CoLAB !

Vu que j’aspire devenir un leader capable de mobiliser et accompagner les acteurs de mon domaine autour d’une action commune, les méthodes du CoLAB me permettront de me former aux outils et techniques innovants de collaboration pour renforcer mes compétences
d’accompagnement.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Pour moi, le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans mon pays est d’amener la population (je paraphrase Thomas  SANKARA) à consommer ce qu’elle produit et à produire ce qu’elle consomme.

Présente toi en une phrase

Je suis AGBOOLA Shakira Épouse Keita, entrepreneur agricole (Feed Naturally Africa), passionnée par l’entrepreneuriat et les questions ou défis liés à la sécurité alimentaire en Afrique, précisément en Côte d’Ivoire.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadrice CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai participé aux ateliers makesense et CoLAB durant l’année 2018. J’ai fortement apprécié l’objectif, l’esprit et les méthodes qui permettent d’apporter des réponses liées aux défis de la sécurité alimentaire, car c’est un domaine que je privilégie. Être ambassadeur me permet de mettre en pratique les formations reçues et participer à la vie active de la communauté. Évoluant dans le domaine de la sécurité alimentaire, les méthodes apprises au sein du Colab me permettent de résoudre certains défis répertoriés dans notre profession et communauté.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Pour moi, le défi prioritaire en Côte d’Ivoire pour la sécurité alimentaire est relatif à la qualité des produits de grande consommation mis sur le marché local.

Présente toi en une phrase

Je me nomme Gildas TIENDREBEOGO, CEO de Yoyonte : Société de production et distribution de casse-croûtes  naturelle aux saveurs africaines ; membre de la communauté colab_Burkina.

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai découvert le Colab à travers un ami qui ne cessait d’en parler et qui me présentait l’intérêt que j’ai, de par mes ambitions professionnelles, à y intégrer ; mais ce qui m’a véritablement poussé à adhérer au projet c’est l’importance de la cause et la foi que je porte à la méthode de collaboration que présente le colab pour contribuer à résoudre le défi de l’insécurité alimentaire.

Etre membre du colab présente plusieurs avantages pour moi. D’abord être membre d’un réseau dynamique présent dans trois pays en Afrique de l’ouest. Ensuite en ayant vu les preuves des avantages de la collaboration je pense disposer d’un esprit plus ouvert à la collaboration afin de donner plus d’impact à mes activités. Enfin plus tout je pense que les outils d’intelligences collectives appris me permettront de travailler à résoudre les défis qui se présenteront.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

L’un des défis prioritaires à la sécurité alimentaire au Burkina Faso c’est la variété des repas dans l’alimentation.

Présente toi en une phrase

Je suis Jean Luc N’GORAN, CEO de la KNCC spécialisé dans la production de semoules de Céréales

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir ambassadeur CoLAB / En quoi les méthodes du CoLAB te serviront-elles dans ta vie professionnelle ?

J’ai décidé de participer au programme COLAB pour partager mon savoir en matière de leadership et de sécurité Alimentaire, mais aussi, apprendre des membres sur les techniques d’innovation.

Lors de ce parcours, j’ai pu apprendre des techniques d’intelligence collective, des méthodes de mobilisation de partenaires et des stratégies d’innovation.

Le défi prioritaire pour la sécurité alimentaire dans ton pays ?

Le défi primordial de la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire est le manque de réseautage des acteurs des filières.